NFThemis

Pétition.

Lecture audio de l'article

Mettre fin à une guerre silencieuse menée par l’Allemagne contre tous ses voisins.

Adressé à : Emmanuel Macron, ministère des Affaires étrangères, Catherine Colonna, PFUE, Parlement européen, Olaf Scholz, Lisa Paus, Marco Buschmann, Angela Merkel.

Soutenez cette pétition en cliquant sur ce lien.

https://www.leslignesbougent.org/petitions/mettre-fin-a-une-guerre-silencieuse-menee-par-l-allemagne-contre-tous-ses-voisins-8546/

Cette guerre silencieuse est menée par l’Allemagne depuis des décennies pour se repeupler aux dépens de TOUS ses voisins et « partenaires » de l’UE en s’appropriant leurs enfants.

Economique, politique et culturelle cette guerre est largement ignorée par les citoyens européens.

Le Parlement européen a adopté par 580 voix pour, 18 contre et 36 abstentions en 2018 une résolution qui condamne cette pratique allemande pour compenser sa dénatalité (besoin de 400 000 nouveaux entrants par an pour faire tourner son industrie et payer les retraites de ses seniors). Mais rien ne change. L’Allemagne ne respecte que sa propre loi.

 Déjà en 1998 à Potsdam, Jacques Chirac dénonçait cette politique prédatrice en la qualifiant de « hold-up » et de « loi de la jungle «. 

Quelle est cette loi de la jungle ?

Les tribunaux allemands prononcent toujours les mêmes décisions favorables au parent qui réside en Allemagne (qu’il soit un homme ou une femme, qu’il soit bienfaisant ou nuisible pour l’enfant, quelle que soit sa nationalité et ses capacités à éduquer).

L’intérêt supérieur de l’enfant, – mais surtout l’intérêt supérieur de l’Allemagne– ; c’est que l’enfant demeure sur le sol allemand. 

Le jour de sa réélection, Emmanuel Macron a solennellement déclaré – entouré d’enfants- que “la protection de l’enfance serait la priorité de ce quinquennat”

Des milliers d’enfants français condamnés à être germanisés, ainsi que les parents lésés, ont bien noté sa déclaration et attendent des actes forts immédiatement pour régler ce problème qui est, rappelons-le encore une fois, un problème économique, politique et culturel.

Qui ne se règlera que politiquement, et non par des recours ruineux généralement sans issue, engagés par des parents isolés et spoliés de leurs enfants devant des tribunaux allemands. Tribunaux de la famille inféodés au Jugendamt qui n’est soumis à aucun organe de supervision.

L’Allemagne donneuse de leçons doit assumer ses choix doctrinaux passés imposés aux femmes allemandes ; « Kinder, Küche, Kirche » (enfants, cuisine, église), et ses sous-investissements économiques en structures (crèches, garderies, écoles) qui prévalurent jusqu’à la fin des années 1980.

Le déficit d’enfants entre les années 1965 et 1975, entraina mécaniquement à partir de 1995 une diminution des femmes en âge de procréer et donc une chute de la natalité qui se poursuivra jusqu’en 2016.

Dénatalité compensée durant ces décennies par l’appropriation au moyen de la Résidence Forcée sur le sol allemand de dizaines de milliers d’enfants non-allemands enlevés par la justice et les administrations allemandes à ses voisins européens.

Divorcés, mariés ou ayant tout simplement résidé et scolarisé leurs enfants pour quelque temps sur le sol allemand, n’importe qui peut se retrouver spolié de ceux-ci, et parfois même rayé de l’état civil en tant que parent.

 Nous sommes en 2022.

Ce qui est légal n’est pas forcément légitime.

Le passé de l’Allemagne devrait l’avoir enseigné à l’ensemble de nos représentants politiques. Qui abandonnent sans combattre une cause transpartisane ; et assignent ipso facto la France à cette première place -peu glorieuse- de mère porteuse pour l’Allemagne, suivie de près par la Pologne et l’Italie.

Cette guerre ruine et tue des parents en silence.

Cette guerre a déjà emprisonné de nombreux parents récalcitrants.

Cette guerre spolie le patrimoine de parents privés de leurs enfants.

Cette guerre produit des milliers d’orphelins dans tous les pays européens. Orphelins de l’un de leur parent qui est pourtant toujours vivant.

La présidence française de l’UE va prendre fin ce 30 Juin 2022.

Nous exigeons de la PFUE que ces 7 points soient mis en œuvre immédiatement :

1/ Annulation immédiate de tous les jugements prononcés sous l’ère Merkel par les tribunaux de la famille allemands qui ont lésé le parent non-allemand ou non-résident dans ce pays.

2/ Rapatriement immédiat de tous les enfants dont les parents lésés souhaitent le retour en France ou ailleurs.

3/ Mise en place d’une commission indépendante et transnationale qui rendra un rapport sur l’adaptation de ces enfants hors d’Allemagne au bout de 4 ans. Rapport qui sera rendu public avec un suivi trimestriel des enfants dès leur retour. Les membres de cette commission seront issus des 26 pays de l’UE lésés par l’Allemagne.

4/ Dédommagement économique par l’Allemagne de tous les parents victimes de procédures baillons ou qui se sont ruinés en ayant eu recours aux tribunaux pour faire valoir un simple droit pourtant inscrit dans la loi européenne.

« Tout citoyen européen ainsi que les membres de sa famille peuvent se déplacer dans un autre pays de l’Union européenne pour voyager, étudier, travailler et même résider ».

5 / Invalidation immédiate de tous les actes frauduleux réalisés par l’Allemagne pour germaniser des enfants français ou binationaux en supprimant l’un des parents de l’état civil ou en falsifiant des documents. Compensations financières pour ces vols d’identité.

6/ Les droits de visite du parent allemand ou résidant sur le sol allemand seront accordés pour le bien-être de l’enfant. Contrairement à la pratique habituelle du Jugendamt et de la justice allemande qui font tout pour briser le lien du parent lésé avec son enfant, pour le germaniser plus rapidement.

7/Mise en place d’un livret d’information dans les 24 langues officielles de l’UE distribué à tous les nouveaux arrivants venus pour étudier ou travailler sur le sol allemand.

 Pour les mettre en garde contre la pratique du Jugendamt. Une traduction en ukrainien et en russe de cette mise en garde serait souhaitable pour protéger les centaines de milliers de femmes et leurs enfants réfugiés dans ce pays, car ils risquent fort d’être les prochaines victimes de cette politique de repeuplement à moindre coût.

Signer et partager cette pétition, c’est renforcer la démocratie et l’égalité en Europe :

·      Il ne peut y avoir deux catégories de citoyens : les Allemands et les autres.

·      L’Allemagne est le seul pays européen condamné à l’unanimité pour cette pratique prédatrice vis-à-vis de ses voisins.

·      Signer cette pétition c’est défendre indirectement vos propres intérêts économiques et politiques vu la place prépondérante prise par l’Allemagne dans toutes les institutions européennes.

Fameux compromis de Cambridge ; si := min {b + [pi/d], M}. 

·      Signer cette pétition, c’est en même temps rendre hommage à tous les Manoukian, Jean Moulin et autres résistants et combattants de toutes les armées et victimes civiles qui n’auront pas versé leur sang en vain ; car aujourd’hui les enfants français condamnés à cette Résidence Forcée sont aussi condamnés à parler exclusivement allemand avec leurs parents lors de visites surveillées.

·      Le Jugendamt fêtera ses 100 ans cette année. Aidez-nous à gâcher cet anniversaire.

Car cet organisme ne fut jamais poursuivi après-guerre pour le rapt de 200 000 à 300 000 enfants polonais (avec l’aide de religieuses et de la Gestapo). Enfants qui auront perdu l’usage de leur langue maternelle après avoir été germanisés, dotés de pièces d’identité allemandes et qui ne furent jamais retrouvés après la fin du conflit. 

En 2022, ce même Jugendamt « délocalise » dans des structures clandestines en Grèce où ailleurs « les enfants difficiles » parfois dès l’âge de 11 ans.

Si vous considérez vous aussi que l’enfant n’est pas une marchandise ni une variable d’ajustement économique ou politique, et qu’il doit en tant que ressortissant français être protégé par les autorités de son pays, alors ;

                       Aidez-nous à le faire savoir en signant cette pétition. 

La République tchèque prendra la présidence de la commission de l’UE le 1er juillet prochain.

Sans action concrète de la France, nous lui soumettrons cette proposition…

Liens :

·      Résolution du parlement européen.FR & EN.

https://oeil.secure.europarl.europa.eu/oeil/popups/summary.do?id=1563978&t=e&l=fr

https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/B-8-2018-0546_FR.html

https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/B-8-2018-0546_EN.html

https://oeil.secure.europarl.europa.eu/oeil/popups/summary.do?id=1563978&t=e&l=en

 Genèse de cette politique prédatrice menée par l’Allemagne.

Article:”Les battements d’ailes de Madame Merkel et l’effet papillon de ses décisions”.

Condamnation des parents récalcitrants:

Article : “Strafbefehl” 1 200€ d’amende ou 30 jours de prison pour opinion politique.

Merci de soutenir ce combat en signant cette pétition.

https://www.leslignesbougent.org/petitions/mettre-fin-a-une-guerre-silencieuse-menee-par-l-allemagne-contre-tous-ses-voisins-8546/

Laisser un commentaire